Développement durable Lutte contre le réchauffement climatique

ECLAIRAGE PUBLIC, COVID, RECHAUFFEMENT

Appui à Patricia lue sur Agoradem.
Il devient criant avec un couvre-feu, mais faites le tour du quartier à 3h du matin …
Éclairage de villages et villes, éclairage de routes, carrefours et autoroutes . Vous avez vu comme moi cette gabegie d’énergie transformée en lumière sur une autoroute déserte, un chemin de campagne, …
Nos véhicules motorisés sont munis d’éclairage., rajouter un éclairage artificiel est inutile. Si la visibilité aux phares est inférieure à celle de la lumière du jour, pas de problème, on adapte sa vitesse, ou bien c’est la réglementation qui oblige à la réduction. 30Km/h (avec contrôles) en zone habitée de nuit, oui ; 110Km/h (avec contrôles) sur autoroute de nuit, oui. En cas de pluie, en cas de brouillard, en cas de verglas ou neige, la réglementation ou la simple raison oblige à ralentir.
Il reste certainement nécessaire d’éclairer un peu les circulations piétonnières les plus fréquentées, sans excès car l’œil humain sait accommoder à la luminosité ambiante. car nos trottoirs sont parfois aussi « crottoirs » ! ! En zone peu fréquentée, le piéton réinventera la lampe de poche à DEL (ang ;LED) rechargeable.
Ceux, souvent parties prenantes, qui démontrent que l’éclairage public nocturne n’est presque rien, oublient au moins 2 choses, la valeur de symbole face au réchauffement de la planète, et la pollution lumineuse gênante pour nombres d’espèces mais aussi pour nos petiots qui ne savent plus que le ciel est constellé, saupoudré d’étoiles, avec une ténue Voie Lactée et Andromède à son côté. De plus, les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.
Peut-être faut-il, la nuit, une variable d’ajustement entre production d’électricité et consommation, afin de pouvoir stabiliser la tension distribuée, je préférerai que ce soient des électrolyseurs géants coupant de l’eau en oxygène et en hydrogène qui assurent cette fonction. Ce dernier ferait rouler les bus de Pau et bientôt, j’espère des trains de marchandises et voyageurs de nuit à travers toute l’Europe, sur un renforcement du réseau ferré européen sans installation de coûteux caténaires pour apporter l’énergie aux trains.
Dans ma petite rue, je calcule que les 6 lampadaires de 400w, 12h/jour et 365 jours (10512Kwh/an) égaleraient dans les 17 foyers, pour faire la même consommation à, en moyenne, 5h par jour, 340W, soit près de 6 ampoules 60w anciennes, à incandescence, ou bien, plus moderne, près de 80 ampoules équivalentes 60w à DEL. Je précise que la moitié de ces foyers sont des célibataires vivant en F1 ou F2. L’éclairage public, même s’il n’est qu’un détail dans le réchauffement et la gabegie énergétique mérite de s’y pencher. Nous bénéficions tous au loin d’une myriade de lampadaires éclairant les rocades et les ronds points déserts.
Avant d’éteindre il faut convaincre une large majorité de nos concitoyens, s’ils ne le sont pas encore,
Souvenez-vous aussi que l’énergie la plus verte, et de loin, est celle que l’on ne consomme pas, surtout en transport.

Nous avons besoin de votre avis