Société et solidarités Economie sociale et solidaire

NOUVELLE PROPOSITION ORIGINALE DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ L`EXCLUSION ET LES INÉGALITÉS SOCIALES

Bonjour,

Au vu des conséquences effroyables de l’épidémie Covid 19 sur les finances publiques et sur les catégories sociales déjà en difficulté, il est plus que jamais nécessaire de trouver des solutions innovantes pour réduire les inégalités sociales et donner à chacun la chance de réussir. C’est pourquoi je me permet de soumettre une idée à laquelle j’ai réfléchit et qui vise à créer un nouveau système de solidarité nationale en trois étapes :

Tout d’abord la mise en place d’une taxe universelle de 1 euro par mois payé par tous les citoyens à partir de 18 ans.
Ensuite le bénéfice (plusieurs millions d’euros) sera versé à un fonds qui doit le distribuer à des personnes en situations sociales difficiles.
Enfin chaque bénéficiaire recevra une part de 400000 euros qu’il pourra utiliser uniquement et exclusivement dans des investissements comme le logement, la formation dans les métiers bien rémunérés et la création ou le rachat d’entreprise. Le fonds ne donnera pas d’argent liquide mais servira de banque pour payer les dépenses liées aux projets des bénéficiaires.
Par exemple si environ la moitié de la population française c’est à dire 30 millions de citoyens paient la taxe de 1 euros, le bénéfice mensuel de 30 millions d’euros sera répartit entre 75 bénéficiaires qui auront chacun une part de 400000 euros. Ainsi chaque année 900 français modestes bénéficieront de cette taxe pour réaliser leurs projets d’avenir (logement, formation, entrepreneuriat, etc.).

Sur l’ensemble du territoire français, toutes les personnes modestes en difficulté seront recensées dans une liste d’attente selon les critères suivants :

La situation familiale c’est-à-dire le fait d’avoir des enfants surtout pour les familles monoparentales.
Un niveau de vie modeste c’est-à-dire le fait d’avoir des faibles revenus ou pas de revenus surtout pour les chômeurs, les sans domiciles fixes, les agriculteurs, les retraités pauvres, les handicapés, les sous-diplômes ou les travailleurs précaires.
La vie dans une zone défavorisée c’est-à-dire le fait de vivre dans les banlieues, les zones rurales ou les territoires d’outre-mer.
Un « fonds de grande solidarité » servira d’intermédiaire pour redistribuer l’argent collecté au nom du peuple français à ceux qui sont dans le besoin. Le fonds devra fonctionner sur le budget de l’Etat avec un poste budgétaire modeste en utilisant les ressources locales des autres agences.
« La taxe diouldeenne » permettra d’atteindre des objectifs politiques économiques budgétaires et sociaux parmi lesquelles :

La transformation des pauvres bénéficiaires d’allocations en salariés et chef d’entreprises ce qui veut dire réparer et remettre en servir l’ascenseur social.
La diminution de la classe populaire et l’augmentation de la classe moyenne ce qui veut dire des dépenses en moins et des recettes en plus pour les budgets de l’état et de la sécurité sociale
La hausse du pouvoir d’achat de la population défavorisée et donc de la consommatio

Les notes de cette contribution

0
In medio stat virtus cette contribution me semble réaliste, pragmatique et nécessaire
1
Décalé cette contribution est originale et innovante
1
À peaufiner cette contribution me paraît intéressante, certains points restent encore à approfondir
0
Why not cette contribution fait avancer le débat même si je ne la partage pas à 100 %