Démocratie et citoyenneté Décentralisation

Langues régionnales, richesse, certes.

Mais sur ce point je ne suis pas d’accord avec le récent plaidoyer de M. Bayrou pour l’apprentissage immersif et la promotion des langues régionales :

Avant d’être une « richesse » etc. (oui, tout à fait) une langue est d’abord un outil d’échange, qui n’ a de valeur que si celui qui est en face de vous utilise le même.
Alors c’est bien joli de parler le Breton, , les langues d’Oc etc tant qu’on reste dans son coin, dans son « pagus » comme aurait dit Caius Julius ; mais iL VOUS SERT A QUOI votre Breton, Occitan etc. si vous devez dialoguer avec …quelqu’un d’autre qui n’ est pas de votre coin ?
Si moi (Languedoc) je viens m’installer en Bretagne ? (et d’ailleurs le « Breton » ne concerne en réalité que la moitié Ouest de cette région, l’Est ayant utilisé le Gallo, proche du vieux français)

on a eu des illustrations de cette problématique quand des anciens élèves de la filière Diwan ont demandé à passer leur Bac de math (et dire que les maths sont censés être un « langage » ( ;-)) à Rennes (Haute Bretagne) en Breton et non en français. On fait comment quand les hasards de la vie (ben oui, la vie est imprévisible) vous font continuer votre scolarité en pays « Ch’ti », en Alsace ou en Corse ?)

Adio l’homme

Jeep

Les notes de cette contribution

2
In medio stat virtus cette contribution me semble réaliste, pragmatique et nécessaire
1
Décalé cette contribution est originale et innovante
0
À peaufiner cette contribution me paraît intéressante, certains points restent encore à approfondir
0
Why not cette contribution fait avancer le débat même si je ne la partage pas à 100 %